Philippe Piat

12 mars 2012 - 16:15

Un grand Monsieur nous quitte .....

Philippe Piat est décédé : un grand dirigeant du football s'en est allé hier

dimanche 11.03.2012, 12:00  - PAR DIDIER PARSY

Secrétaire de l'ES Wasquehal depuis plus de vingt ans, Philippe Piat incarnait avant tout la gaieté. - PHOTO « LA VOIX »Secrétaire de l'ES Wasquehal depuis plus de vingt ans, Philippe Piat incarnait avant tout la gaieté. - PHOTO « LA VOIX »

| WASQUEHAL |

Dix fois, vingt fois, il nous a fallu recommencer cette entame de « papier » qu'on ne voudrait jamais écrire. Parce que les mots ne remplaceront jamais l'estime portée à ces personnes tenant le sport à bout de bras, avec cette passion inextinguible, presque innée. Avec l'amour pour une discipline qui fait d'eux de grands et vrais bénévoles, dans le sens désintéressé du terme.

 

Nous n'aurions jamais voulu écrire ce « papier ». Et pourtant... Philippe Piat est décédé, dans la nuit de vendredi à samedi, d'un malaise cardiaque. Il allait prochainement fêter ses soixante-et-un ans, cet âge presque synonyme de retraite qui, en juin 2013, avait-il projeté, lui aurait permis d'aspirer à un repos bien mérité, en même temps que Nicole, son épouse.

Philippe, il y a peu, nous disait vénérer ce football qui a rempli les trois-quarts de sa vie. Inamovible « patron » du club-house du complexe Lucien-Montagne, le siège de l'Entente sportive, son club de toujours, truculent barman à la légendaire moustache, au timbre de voix rocailleux, il incarnait l'âme de ce grand club métropolitain.

Il en était même le fil rouge, l'incontournable lien. « C'était un pilier de l'Entente, un personnage exceptionnel au caractère entier », souligne Gérard Vignoble, le maire, particulièrement affecté par cette subite disparition.

Ses compétences étaient immenses, reconnues de tous, dans son club, au district Flandre ou à la ligue régionale. Son avis éclairé était une véritable référence. Mardi encore, nous l'avions questionné ainsi au sujet de la praticabilité des terrains. Parce que du football, de ses hommes et de ses alentours, il savait quasiment tout.

Philippe Piat était arrivé dans le football, comme on entre en religion. Wasquehalien bon teint, fils de débitants de boissons, cette « Terrasse » située à deux pas du stade Hantson, ensuite devenu stade Arthur-Buyse, Philippe était naturellement allé vers le ballon rond, parce qu'il en avait été bercé dès sa plus tendre jeunesse.

Mais sa carrière fut stoppée net en juniors, alors qu'il n'avait pas encore 20 ans. « Il n'a disputé qu'un match en équipe fanion, se souvient Patrice Weynants, l'actuel président de l'Iris-club de Croix, alors joueur à l'Entente. Un match durant lequel il fut victime d'une rupture des ligaments croisés du genou. » Un malheur personnel qui l'obligea à mettre un terme à sa carrière sportive. Débuta alors une autre vie, celle passée au service des jeunes. « Amoureux du football, confie Guy Decock, le fidèle complice des années de l'Eurofoot, le tournoi cadets, il n'est jamais passé par la case entraîneur. Il est immédiatement devenu dirigeant. Il avait ce petit côté électron libre qui lui permettait de prendre beaucoup de recul. Il avait aussi cette volonté de garder sa liberté, ne pas se mettre en avant. » Fidèle, obscur, discret, mais aussi affable, souriant, compétent. Les superlatifs ne manquent pas. Secrétaire général de l'ESW à la suite de Bernard Benaut, il était l'axe essentiel d'un club qui prit de l'ampleur dans les années 90.

« Philippe, ajoute Decock, connaissait tous les gamins du club par leur prénom... Son omniprésence faisait qu'il était indispensable sur le plan social et familial. » Pour sûr que nombre d'entre eux doivent aujourd'hui pleurer leur complice.

Piat était la référence du football wasquehalien. C'est une lourde perte pour le club, mais aussi le district ou la ligue pour lesquels il donnait aussi beaucoup de son temps. Philippe Piat incarnait le service, le dévouement. Il était l'homme-orchestre d'un lieu dont le coeur battait au rythme de son humeur.

Philippe fut apprenti boucher, boucher, puis employé des PTT, avant d'entrer aux services municipaux où il fut concierge du stade Buyse, puis des ateliers.

Il était une personnalité très connue dans la ville, son humilité dut-elle en souffrir.

« S'il y en avait un qui était reconnu par tous, conclut Patrice Weynants, et surtout par les nôtres, c'était bien lui. Il avait le respect de tout le monde. » Son air parfois ingénu, sa faconde, nous manquera. Parce qu'il était un chaleureux ami. Son club mesure maintenant combien il lui était quotidiennement indispensable.

À Nicole, son épouse, à Sandrine et Ingrid, ses filles, La Voix du Nord présente ses plus sincères condoléances. •

Commentaires

Staff
antonio goncalves
antonio goncalves 13 mars 2012 06:11

un grand meusieus tout mé condoléances à sa famille.

frederic martin 12 mars 2012 19:45

Merci pour l hommage rendu a monsieur Philippe Piat tous les footballeurs amateur on perdu un père, un ami, un confident, personne ne pourra le remplacer. Il nous manque déjà et retourner au club house de l' ES WASQUEHAL sera différent ! Merci pour tout, reposer en paix. Sincère condoléances à sa famille

U17 - Photos de la victoire face à Leers. : nouvelles photos moins d'une minute
U17 - Photos de la victoire face à Leers. 14 minutes
Groupe U 15 et Groupe U 7 : nouveaux encadrants environ 10 heures
Groupe U 6 / Plateau à Templeuve et 6 environ 16 heures
Groupe U 9 / Plateau Templeuve 1 jour
Groupe U 8 : nouvel encadrant 1 jour
Christian Decamps 1 jour
6-2
Foot Loisirs / Templemars Vendeville 1 jour
Foot Loisirs / Templemars Vendeville : résumé du match 1 jour
Seniors B vs Ascq US 3 jours
Seniors B vs Ascq US : nouvelles photos 3 jours
Groupe U 10 / Mons FC et 4 3 jours
François Janas est devenu membre 4 jours
6-3
Groupe Vétérans / Stella Lys 4 jours
1-6
VDA FLERS OS / Groupe U 12 4 jours

NOUVEAU

LA BOUTIQUE EN LIGNE EST OUVERTE

CI-DESSOUS le lien :

https://ma-boutique-club.com/astempleuve/